2021, l’année de la surveillance numérique

ANALYSE – L’ONG Amnesty International dénonce les États ayant utilisé la pandémie de Covid pour limiter les libertés.

Dès la préface du rapport 2021 sur la situation des droits humains dans le monde, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, donne le ton: «2021 aurait dû être une année de guérison et de redressement. Au lieu de cela, elle a servi d’incubateur à davantage d’inégalités et d’instabilité.» Amnesty International fait état d’une forte dégradation du respect et de la protection des droits dans le monde, et insiste sur les menaces pesant sur la liberté d’expression et de réunion.

Les gouvernements des différentes régions du monde, de l’Asie-Pacifique à l’Afrique, ont utilisé la pandémie du Covid-19 comme excuse pour circonscrire, ou dans certains cas réduire à néant, les voix de l’opposition. Soixante-sept pays des cent cinquante-quatre étudiés par l’organisation ont profité de la pandémie pour promulguer des lois restreignant les libertés, même lorsque la situation sanitaire s’améliorait, sous prétexte de combattre la désinformation.

Une «montée des autoritarismes» en Europe

Les nouvelles technologies se sont révélées être une arme redoutable, et ont permis de nombreuses persécutions. L’exploitation des données, la reconnaissance faciale et le blocage de sites internet sont devenus des pratiques courantes dans les régimes autoritaires, et parfois démocratiques. La Chine, déjà championne dans le domaine, a renforcé son arsenal en 2021. De nombreux sites et applications, qui abordaient des sujets sensibles comme le Xinjiang ou Hongkong, ont été bloqués, sous prétexte qu’ils «menaçaient la sécurité nationale».

La Russie s’est inspirée de son allié chinois sur ce point. «Les blocages arbitraires et extrajudiciaires de sites internet ont continué (en Russie), tandis que le champ d’application de la législation en la matière était élargi», explique le rapport d’Amnesty. Les réseaux sociaux donnent également au Kremlin la possibilité de conduire des poursuites judiciaires absurdes contre ses opposants. Un militant écologiste proche d’Alexeï Navalny, Andreï Borovikov, a été condamné à deux ans et demi de prison en avril 2021 pour «diffusion de matériel pornographique», alors qu’il avait posté une vidéo du groupe de métal allemand Ramstein.

Mais les pays occidentaux ne sont pas en reste. Preuve en est avec le système Pegasus, conçu par l’entreprise israélienne NSO Group. Ce logiciel espion a été utilisé par la Hongrie, la Pologne, l’Azerbaïdjan et le Kazakhstan pour surveiller journalistes et militants des droits humains. Même le gouvernement allemand a avoué se l’être procuré. Amnesty International dénonce une «montée des autoritarismes» en Europe, où l’organisation a constaté des pratiques de harcèlement en ligne de journalistes, notamment de femmes, ainsi que d’intimidations. La France est aussi épinglée par le rapport.

La France est épinglée par le rapport. Dans le viseur de l’organisation : les lois sur « la sécurité globale » et « la responsabilité pénale et la sécurité intérieure »

Dans le viseur de l’organisation: les lois sur «la sécurité globale» et «la responsabilité pénale et la sécurité intérieure» qui autorisent désormais les forces de l’ordre à filmer les foules de manifestants grâce à l’utilisation de drones. Les atteintes à la liberté d’expression et de réunion ne sont pas les seules violations de l’état de droit constatées en 2021 par l’ONG. Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France, a dénoncé, lors d’une conférence de presse le 28 mars, «le mépris total du droit humanitaire» constaté en 2021, et qui semble se normaliser. «Les civils ne sont plus des dommages collatéraux, mais des cibles», alerte-t-elle.

De nombreux crimes de guerre ont été perpétrés dans la région du Tigré, en Éthiopie, où les viols de femmes et d’enfants deviennent des pratiques systématiques. La Chine a continué de persécuter les Ouïgours, une minorité musulmane turcophone, dans les camps de détention du Xinjiang. Et dans le contexte de la guerre en Ukraine, une amélioration à court terme est peu envisageable…

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes