À Berlin, ces quelques jours où nous avons hébergé Aourika et son fils Rostik, réfugiés ukrainiens

TÉMOIGNAGE – Après avoir fui Kiev et la guerre en Ukraine, une jeune femme de 25 ans et son petit garçon ont trouvé refuge chez le correspondant du Figaro à Berlin.

Correspondant à Berlin

La rencontre avec la famille Borovskaya, qui habite depuis dix-quinze jours chez nous à Berlin s’est faite le plus simplement du monde. Au lendemain d’un reportage pour Le Figaro à la gare centrale, témoignant de l’état de la mobilisation humanitaire du pays, je suis retourné à l’entrée du quai numéro 3, à côté du McDonald’s. C’était moins d’une semaine après le début de la guerre. J’ai expliqué à des volontaires que j’étais prêt à recevoir une à deux personnes. J’ai patienté cinq minutes et on m’a présenté Galina que j’ai emmenée, elle et sa valise, dans mon quartier de Prenzlauer Berg.

Cette dame était arrivée de Kiev au terme d’un voyage éprouvant de près de trois jours. Il était 23 heures, mon épouse et moi lui avons présenté sa chambre sur laquelle elle a rapidement jeté un œil distrait. À peine arrivée, Galina semblait pressée de repartir. Le lendemain, elle voulait déjà rejoindre Munich, où elle avait un contact, ou bien Göteborg, en Suède, dont un ami de la…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes