à Bruxelles, on attend de la France un président, pas un candidat

L’évolution de la situation sanitaire pourrait faire voler en éclats une bonne partie du programme de la présidence française de l’Union européenne.

Correspondante à Bruxelles

Bruxelles et les capitales européennes auront, ce jeudi, le regard braqué sur la présentation par Emmanuel Macron des priorités de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), soit tous ces dossiers que Paris souhaite voir progresser et surtout aboutir au cours du premier semestre 2022: la boussole stratégique, c’est-à-dire le livre blanc de la défense et de la sécurité européenne, le salaire minimum européen, la régulation des géants du numérique, la taxe carbone aux frontières, etc. Beaucoup, à commencer par la Commission, ont intérêt à voir la France marquer des points au premier semestre 2022. «La situation est très difficile en Europe. Si la France échoue sur la boussole stratégique, alors quel État membre pourra ensuite réussir? Les relations sont très tendues avec la Pologne et la Hongrie. Paris sera-t-elle un pont avec l’Est?», énumère un diplomate.

Certains s’inquiètent toutefois de l’ampleur des ambitions françaises. Comme en 2008, lorsque Nicolas

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes