À Cuba, la dissidence ne désarme pas

DÉCRYPTAGE – Trois mois après les émeutes historiques du 11 juillet, les principaux leaders de l’opposition ont été arrêtés.

La dissidence cubaine, trois mois après les émeutes du 11 juillet, prépare activement son retour. Une grande manifestation est prévue le 15 novembre prochain. Dans une lettre adressée au gouverneur de La Havane, Reinaldo Garcia, le dramaturge Yunior Garcia et l’opposant Manuel Cuesta Morua, co-initiateurs de ce manifeste, assurent que «la manifestation sera contre la violence, pour exiger le respect de tous les droits de tous les Cubains, pour la libération des prisonniers politiques et pour trouver une solution à nos différends par des voies démocratiques et pacifiques».

Ils espèrent mobiliser 5000 manifestants lors d’une «marche civique pour le changement», entre le front de mer de la capitale, le Malecon, et le Capitole cubain. D’autres dissidents ont déposé des requêtes similaires pour les villes de Cienfuegos, Holguin ou Guantanamo.

Exercices militaires

La date du 15 novembre n’a pas été choisie par hasard. Le gouvernement veut rouvrir le pays au tourisme international le même jour. Les dissidents, eux,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes