Alain Ducasse relance l’institution Aux Lyonnais avec la cheffe Marie-Victorine Manoa

GASTRONOMIE – On savait lard aux Lyonnais. Mais se dévoile aujourd’hui la manière, au 32, rue Saint-Marc (Paris 2e).

Depuis que la presse l’a déserté, depuis que la Bourse s’en est allée, le quartier est un peu muet mais, 32, rue Saint-Marc, cette devanture parle d’elle-même et nous cause comme au passé composé. Sacrée baraque que celle-là. Fin de l’avant siècle dernier, elle s’annonce en bougnat, dépôt de bois et charbon, gueule noire de derrière les Grands Boulevards. Se prolonge en débit de vins, aux premières heures de la Première Guerre mondiale, et se décide, aux dernières de la Seconde, à convertir le Parisien à la bonne gueule lyonnaise.

Auriol, Coty, de Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, les présidents défilent mais les appétits d’insouciance viennent saucer aux Lyonnais jusqu’à ce que le bouchon finisse par en avoir le goût. Ringard aux années 1980, fatigué aux 1990, c’est Ducasse qui, dans son art du contre-pied, le relance il y a vingt ans. On en était là des hauts et, ces derniers temps, des bas du repaire quand le susdit Ducasse décide de rallumer la flamme en la confiant à une certaine

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes