arrêter la guerre sans faire la guerre, l’équation périlleuse de l’Otan

DÉCRYPTAGE – Les dirigeants de l’Alliance atlantique ont décidé de ne fournir ni avion ni char à l’Ukraine.

Le vocabulaire employé est dépourvu d’ambiguïté. «Vladimir Poutine est dangereux», résume un responsable militaire du Shape, le quartier général de l’Otan. «Il a une haine profonde de notre modèle de société», poursuit cet officier en accusant le président russe de mensonge et d’irresponsabilité: avec lui, «l’Alliance est en risque». Un mois après le début de l’invasion de l’Ukraine, les dirigeants de l’Alliance, réunis en sommet extraordinaire jeudi à Bruxelles, ont une nouvelle fois tenté de trouver une réponse à cette nouvelle menace existentielle à leurs portes. Ils ont poursuivi avec une réunion du G7 et un Conseil européen.

Alors que l’Ukraine résiste à l’agression en forçant «l’admiration», les alliés organisent leur soutien aux hommes de Volodymyr Zelensky. Mais sans franchir «la ligne rouge de la cobelligérance», a déclaré jeudi le président de la République, Emmanuel Macron. «L’Otan a fait le choix de soutenir l’Ukraine pour arrêter la guerre sans faire la guerre», a expliqué le…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes