Asa Hutchinson, gouverneur anti-avortement d’Arkansas

«Cette décision de la Cour suprême est le fruit de quarante ans de lutte. Elle sauvera des vies», a sobrement commenté le gouverntenur de l’Arkansas sur NBC, dans un grand sourire. C’est une victoire personnelle pour ce membre du Parti républicain qui a tenu, par le passé, l’occasion de professer ses «convictions sincères» contre l’interruption volontaire de grossesse. Dans une majorité d’États, celle-ci pouvait intervenir jusqu’à la limite de 20 ou de 24 semaines, soit juste avant que le fœtus soit considéré comme viable. À contre-courant du progressisme ambiant, il y a plus d’un an, en mars 2021, l’Arkansas avait déjà voté une loi interdisant l’avortement même en cas de viol ou d’inceste. Une exception était prévue s’il s’agissait de «sauver la vie de la mère lors d’une urgence médicale». À l’époque, le même Asa Hutchinson espérait que le vote dans son État – immédiatement contesté par voie procédurier – inciterait la Cour suprême des États-Unis à revenir sur l’arrêt Roe v. Wade, qui avait…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes