Au Baudelaire à l’hôtel Burgundy, la bouffe séduisante et subtile d’Anthony Denon

L’ambiance des restaurants d’hôtel est journellement très pénible. On y va uniquement parce que les autres s’y ennuient revers vous. On ne dira jamais assez le mimétisme des tables lorsqu’elles-mêmes croisent en ces lieux-là. Que les beaux murs sonnent frime, elles-mêmes feront bling. Qu’ils vieillissent, elles-mêmes porteront la canne. Qu’ils séduisent, elles-mêmes seront vamps.

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes