Au Liban, le Hezbollah harcèle comiques et ennemis sur les réseaux sociaux

Les opposants au Parti de Dieu, qui entend être la voix unique des chiites du pays, sont menacés de mort.

Beyrouth

Peut-on rire (ou parler) de tout? Pour le Hezbollah, la réponse est non. Hassan Nasrallah, les combattants de sa branche armée et, de manière générale, la cause de la résistance sont des figures sacralisées, intouchables. Attention aux trublions qui oseraient tester sa patience. Ceux qui s’y essayent essuient des attaques au vitriol sur les réseaux sociaux et dans les médias proches de la milice.

Hussein Kaouk est le dernier à en avoir fait les frais. Jeune comédien en pleine ascension, il a créé, pour les besoins d’un show télévisé, un personnage de jeune chiite proche du Hezbollah, qui s’interroge toutefois sur le rôle du parti alors que la crise s’accentue dans le pays. «Ce qui gêne profondément le Hezbollah, c’est que Hussein Kaouk, soit chiite et vive en banlieue sud (bastion du Hezbollah, NDLR). Il a popularisé un personnage qui nous ressemble», résume la journaliste Luna Safwan. Comme d’autres consœurs issues de la communauté chiite, elle a fait l’objet de campagnes de diffamation…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes