Aux enchères, record mondial pour une bouteille de 1874 de la Maison Perrier-Jouët

Boisson à part dans l’univers du vin, le champagne pétille sous le marteau avec des catalogues de ventes aux enchères qui comptent de plus en plus de références du roi des vins effervescents. Le champagne, qui «aide à l’émerveillement», comme le disait George Sand, attire, en effet, de nombreux amateurs, collectionneurs et dégustateurs dans les salles de ventes. Ces derniers sont à la recherche de la bouteille la plus prestigieuse, notamment les vieux millésimes des grandes maisons – la perle rare -, des vins qui continuent à bien vieillir et qui ont une réelle capacité de garde. En témoigne la dernière vacation organisée à Londres par Christie’s, qui présentait une sélection affinée et pointue de plus de 140 champagnes de la Maison Perrier-Jouët. Et parmi elles, se trouvait une référence de 1874, un flacon de Brut Millésimé adjugé plus de 50 000 euros, devenant ainsi la bouteille de champagne la plus chère jamais vendue aux enchères chez Christie’s.

Une bouteille déjà passée aux enchères en 1888

La bouteille phare de la vente provenait, comme les autres lots, des profondeurs des sol crayeux de la ville d’Epernay, capitale française du champagne et écrin de la légendaire cave Eden de la Maison Perrier-Jouët. Un lieu discret et tenu secret, connu pour abriter les vins les plus anciens et rares de la maison champenoise.

» A LIRE AUSSI : Notre palmarès des 10 meilleurs champagnes bruts de prestige

Parmi eux, se trouvait la seule bouteille sans étiquette de Perrier-Jouët Brut Millésimé de 1874, celle vendue le 2 décembre dernier chez Christie’s. Un millésime qui a détenu le record du champagne le plus cher du monde jusqu’en 1967, étant auparavant passé sous le marteau en 1888. La cuvée avait été assemblée moins de dix ans après la fin de la guerre de Sécession par Charles Perrier, le fils du fondateur de l’entreprise, et fut réalisée à partir des meilleurs cépages chardonnay de Cramant. Depuis, le flacon n’avait pas quitté les caves de la Maison. Autrement dit, 150 années de garde dans des conditions de conservation optimales, sans aucun mouvement, dans l’obscurité et à une température comprise entre 11 et 14 degrés, idéales pour la maturation des vieux champagnes.

Le millésime 1874 était par ailleurs et à l’origine, destiné à être vendu principalement au Royaume-Uni, où les connaisseurs victoriens avaient accueilli le style « Brut » signé Perrier-Jouët. Il paraîtrait même qu’Oscar Wilde fut lui-même un aficionados du 1874 et qu’il en commanda une caisse dans sa cellule de la prison de Reading après avoir été emprisonné pour délit de «grave immoralité» en raison de son homosexualité.

» Vins et spiritueux aux enchères : nos dix conseils pour bien choisir et investir

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes