Baca’v, un bistrot-épicerie de quartier convivial

Ce nom original signifie «cave à manger». Un lieu parisien où la cuisine d’Émile Cotte nous régale.

C’est écrit en toutes lettres sur la porte d’entrée: «Tant que c’est allumé, on peut boire et manger.» Bienvenue aux bons vivants! Ouvert en mai dernier, Baca’v associe deux éléments clés des repas conviviaux: une carte de vins de qualité à des prix abordables et une ardoise de plats gourmands, cocardiers, enracinés dans le terroir. «En Limousin, on n’a pas de caviar, mais on a des châtaignes…» Cette phrase d’Antoine Blondin qui court derrière le comptoir dit clairement l’intention d’Émile Cotte de revenir aux recettes et aux produits de sa région natale. L’ancien chef de Drouant, qui a côtoyé des Goncourt de la cuisine – Frédéric Anton, Guy Savoy et Alain Solivérès -, entame un nouveau chapitre avec ce bistrot-épicerie de quartier, comme avant dans les villages.

Des valeurs qui sont un choix et non un refuge. La salle avec son comptoir est simple. Pas d’artifices modeux. À la table d’hôtes près de la cuisine, on se sent vite chez soi. Une atmosphère chaleureuse, une ambiance joyeuse ne…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 58% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes