Bouillon République, retour à la choucroute

Après son carton à Pigalle, le Bouillon remet le couvert avec des plats réconfortants, une ambiance typique et une addition toujours aussi bon marché .

Fallait pas vraiment être devin pour savoir qu’à peine cinq ans après leur carton à Pigalle, les frangins Moussié allaient bisser leur bouillon. C’est qu’en ressortant ce vieux pot, le duo a compris qu’il tenait mieux qu’une bonne recette. Le genre colle à Paname comme il cause à l’époque: rapide, vivant, si peu cher qu’on s’interdit de la ramener et judicieux à disposer ces plats de bistrot comme du domestique que nos bistrots ont un peu oublié et que nos chez-soi ne savent plus faire. Manquaient le quartier large d’épaules et l’adresse suffisamment plantureuse pour encaisser les appétits en marée propices à l’affaire. La Répu était dispo, Chez Jenny aussi, longue légende de brasserie (un soir, même, sulfureuse) qui finira par nous manquer. En attendant, c’est reparti côté bouillon, deux étages, 400 couverts et mieux vaut débarquer à midi pétante pour ne pas avoir à se manger l’autre spécialité maison: la file d’attente.

Génie de boiseries. Et le lieu soudain moins alsacien, plus parisien,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes