Bruxelles maintient la pression sur la Pologne

DÉCRYPTAGE – Pour les Européens, la sortie de crise avec Varsovie passe par une modification de la réforme de la justice polonaise.

Correspondante à Bruxelles

Qui sait comment se réglera la crise entre la Pologne et Bruxelles? À ce stade, personne n’y voit clair et aucun calendrier ne se dessine. «Il faudra quelques semaines, au moins jusqu’à la fin de l’année pour trouver une solution», pronostique Éric Maurice, chef du bureau bruxellois de la Fondation Schuman. D’autres interlocuteurs se montrent plus pessimistes encore et voient ce dossier parasiter la présidence française de l’UE au premier semestre 2022. «Morawiecki (le premier ministre polonais, NDLR) est allé tellement loin avec sa troisième guerre mondiale, qu’il faut lui laisser le temps de redescendre», se désole un fonctionnaire européen.

La balle est, en tout cas, dans le camp de Varsovie. Car la sortie de crise – si elle a lieu – passe par la suspension de la chambre disciplinaire de la Cour suprême, un des aspects les plus controversés de la réforme judiciaire initiée par le PiS et lourdement sanctionnée par la justice européenne mercredi avec une astreinte

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes