Bruxelles s’attelle au renforcement de Schengen

Tirant les leçons des crises passées sur l’espace de libre circulation, la Commission a présenté mardi une série de propositions. Le sujet est une des priorités de la PFUE.

Correspondante à Bruxelles

Bruxelles fait vraiment bien les choses. Alors que la réforme du code Schengen est une priorité d’Emmanuel Macron pour la présidence française de l’UE, la Commission a dévoilé mardi les aménagements qu’elle propose d’y apporter.

Il y a beaucoup à faire pour arriver à cette «efficacité» qu’appelle de ses vœux le président. À chaque crise, le fonctionnement de cet espace de libre circulation de 420 millions d’habitants est contrarié par des fermetures intempestives de frontières intérieures. Au début de la pandémie de Covid-19, jusqu’à 17 pays sur les 26 que compte l’espace (22 pays de l’UE, Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse) s’étaient ainsi barricadés, créant du même coup d’importants problèmes d’approvisionnement et bien des tracas pour les citoyens et travailleurs transfrontaliers. La crise migratoire de 2015-2016 et les attentats commis sur le sol européen avaient aussi suscité bien des blocages. Six pays du continent continuent toujours d’instaurer des…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes