Ces étudiants maliens qui seront bientôt les gardiens des manuscrits de Tombouctou

REPORTAGE – Les nouvelles générations sont formées à la conservation et au déchiffrage des manuscrits anciens au Mali, pays qui en compterait au moins 300.000.

Tombouctou

Dehors, on n’entend que l’appel à la prière de Dohr, rendez-vous de la mi-journée pour les croyants de la ville aux «333 saints». Alors que le soleil vient de passer son zénith, les haut-parleurs de la mosquée Sankoré diffusent un son métallique à travers les venelles de cette ville construite en demi-lune. Dedans, un ballet de visiteurs prend forme, cerné par les regards scrutateurs des Casques bleus qui, armes à l’épaule, patrouillent régulièrement dans la cité. Longeant Sankoré, sur la place du même nom, l’Institut des hautes études et de la recherche islamique Ahmed-Baba de Tombouctou, un établissement public, a mis en branle un important dispositif sécuritaire onusien, pour cette occasion, lourde de symboles.

Les épais murs ocre de l’établissement renferment un trésor menacé. Quelque 10.000 manuscrits anciens, enluminés, la plupart affublés d’une couverture de cuir. Ces recueils, pour la plupart écrits en arabe, renferment l’histoire de cette cité mythique du septentrion malien…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes