«C’est le moment de faire pression sur les talibans !»

VU D’AILLEURS – Fawzia Koofi en est convaincue: l’espoir est permis pour les femmes et les minorités ethniques, à condition que la communauté internationale se réveille.

Par Andrés Allemand Smaller, la Tribune de Genève

«Ça se joue maintenant. En Afghanistan, l’enjeu déterminant, c’est le droit de la femme. Si les talibans sous pression internationale finissent par respecter leurs promesses, il y aura un avenir pour tous dans mon pays.» Fawzia Koofi n’est pas du genre à baisser les bras, elle qui fut la toute première femme afghane à diriger un parti politique, puis la toute première à occuper la vice-présidence de l’Assemblée nationale.

Armée de son franc-parler, elle milite sans relâche pour l’éducation des filles, notamment dans sa propre province reculée du Badakhshan, et n’a pas hésité à participer aux négociations de paix entamées l’an dernier au Qatar entre les autorités talibanes et l’ancien gouvernement de Kaboul. C’est d’ailleurs à Doha qu’elle s’est réfugiée à la fin août avec ses deux filles. «Mais je retournerai en Afghanistan, c’est certain», affirme-t-elle malgré les deux tentatives d’assassinat auxquelles elle a survécu par chance.

La voix

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes