«C’est un homme qui a une vision au-dessus du lot»

Sur TF1, le 21 mars, le Premier ministre Jean Castex s’est livré sur le programme d’Emmanuel Macron et est revenu sur les mesures concernant le pouvoir d’achat, les retraites ou le RSA.

Sur TF1, le 21 mars, le Premier ministre Jean Castex s’est livré sur le programme d’Emmanuel Macron et est revenu sur les mesures concernant le pouvoir d’achat, les retraites ou le RSA. Avant de rentrer dans le vif du sujet, Jean Castex a tenu à dresser des lauriers à son président de candidat : «Voilà dix-huit mois que je travaille au service du pays, aux côtés du président de la République, qui est un homme que j’ai appris à connaître […] C’est un homme qui sert notre pays, qui a une vision, sans doute, au-dessus du lot, un homme extrêmement préoccupé par tous les sujets de vie quotidienne de nos concitoyens.»

Après ces louanges, le Premier ministre a expliqué, concernant la crise des carburants, que l’ «on a un choc énergétique inédit» et que «même le choc pétrolier de 1970 n’a pas eu autant d’impact pour la vie des Français.» Il a ajouté que des mesures ont été prises, avec «sur le gaz, l’électricité, une hausse limitée à 4%. Le pétrole et le gasoil, on est autour de deux euros. On a décidé de faire une remise à la pompe de 15 centimes. Total a suivi et d’y ajouter dix centimes de plus, ce n’est pas rien.»

Et au-delà du 31 juillet, que se passera-t-il pour le pouvoir d’achat des Français lui a alors demandé Gilles Bouleau : «Au-delà du 31 juillet, nous voulons poursuivre de manière différente, quel que soit le pouvoir en place et qu’il puisse avoir le choix de continuer à agir. Ce sur quoi je me prépare, c’est un dispositif sur l’énergie qui soit un peu différent des 15 centimes : aller au-delà pour ceux qui roulent pour travailler mais aussi pour avec des revenus bas.»

Les chiffres de Valérie Pécresse ne sont pas exacts

Quant aux critiques de Valérie Pécresse, laquelle demande à ce que le gouvernement reverse les marges faites sur le pétrole, Jean Castex lui a répondu que «les chiffres ne sont pas exacts. Les 25 centimes, c’est à peu près le double de la hausse des taxes, donc non seulement nous rendons plus mais les efforts de la population pour faire face à toutes ces hausses d’énergies : gaz, électricité avec ce plan de résilience que j’ai annoncé, c’est un effort de 25 milliards d’euros, ce ne sont pas des bénéfices.»

Vint ensuite le sujet du départ de l’âge de la retraite de 62 à 65 ans : «C’est indispensable. Tous les pays qui nous entourent sont déjà à 65 ans […] Emmanuel Macron propose d’accroître les aides pour mieux vivre dans la retraite. Il y aura des mesures spécifiques pour les carrières longues et métiers pénibles : pension minimale sera portée à 1,100 euros et un terme aux régimes spéciaux pour les nouveaux entrants. » Jean Castex a également déclaré que ces mesures permettront « quelque chose de simple et de clair, plus de justice.»

Or, le président sortant n’avait pas défendu ce projet en 2017… Réponse du Premier ministre ? «Si le président de la République est réélu, nous voulons le faire rapidement […] Nous avons constaté que la précédente réforme n’était pas bien comprise et générait de l’anxiété. Je pense que c’est clair, on a des paramètres précis, il faudra le faire dans la transparence et la concertation.»

Dernier sujet abordé : le RSA. Lors de sa conférence de presse du 17 mars dernier où il présentait son programme pour 2022 face aux journalistes, Jean Castex a affirmé que «l’objectif est de sortir du RSA car ce qui vous donne de la dignité, ce ne sont pas les allocations mais s’insérer dans la société […] Il y aura aussi davantage de devoirs pour retrouver une activité et rentrer dans le processus : entre 15 et 20 heures par semaine soit de formation, travail d’intérêt général ou de stages. Ce n’est pas punitif, on crée de l’emploi.»

Toute reproduction interdite

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes