Christian a toujours une idée lumineuse (photos & vidéo) (Namur)

Depuis 2000, Christian Beaume n’a jamais acheté de guirlande pour enluminer sa maison. Il crée, en récup’, à son idée, des installations de Noël ou de Pâques futuristes.

« C’est un sapin en aluminium, un peu cosmique, certains l’appellent la fusée. À son pied, on trouve une Marie africaine, un Joseph chinois et un petit Jésus qui a grandi, d’où sa casquette à l’envers! Pour Noël, il a demandé un petit chien, un Saint-Bernard, avec une réserve d’eau… qu’il pourra toujours transformer en vin. C’est une famille universelle, je ne voulais pas qu’elle soit rattachée à une religion. »

En quelques secondes sous cette grande structure de 4 mètres, à flanc de rue, l’univers de Christian Beaume est placé. Esthétique, géométrique et humoristique, non conventionnel.  » Interpellant, les promeneurs s’arrêtent pour me questionner. Les voisins sont impatients de voir ce que je leur réserve chaque année. « 

Ancien dessinateur, maquettiste, passé par les entreprises Macors et Bastin notamment, Christian est un bricoleur débrouillard qui rêve la nuit à ses futurs projets. Jamais, il n’a acheté de guirlande de Noël.

 

Amuser utile

 

Outre les profils en aluminium – la première fois en 20 ans que Christian achète du neuf –, tout est en récup’: « Le socle et les corps des personnages sont en multiplex, les chapeaux en tupperware ou couvercle de pot de cacahuètes, la casquette en zinc. Il y a aussi de grandes boules en frigolite raffermie. » Tout a été repeint en noir et blanc dans le living où il a fallu pousser les murs, mais prend toutes les couleurs de l’arc-en-ciel sous l’effet des led, nuit et jour. « J’ai dû forer 320 trous pour que la lumière des Led ne parte pas dans la mauvaise direction, qu’il y ait un vrai halo. »

L’année passée, le créateur avait immortalisé Mister Covid aux côtés d’un message d’espoir. Avec du polyuréthane, un ancien tuyau d’échafaudage, un trampoline délaissé et un smiley récupéré sur le net puis bidouillé en famille (Bernadette, sa femme; Anne-Julie et Jean-Charles leurs enfants) pour l’affubler d’un masque laissant entrevoir un sourire réconfortant. « Tenez bon! »

ÉDA

 

As de la récup’, magie toute l’année

 

Mais au 11, rue du Cahoti à Assesse, la magie opère toute l’année, en intérieur comme en extérieur. Un jardin extraordinaire où il fait bon traîner: lapins et poules ont un chez-eux stylé, les joueurs de pétanque jusqu’aux petites heures ont leur business site sous une pyramide, le potager pousse dans de vieux vases d’expansion et une tour sert à la fois de plaine de jeux et d’affût pour observer les oiseaux.

EdA

Entre bien d’autres (ré)inventions. « Ma maman est couturière, elle m’a appris à garder les bouts de ficelles; moi je garde les boulons. Mon papa, ébéniste, m’a appris l’amour du bois. » Mais le déclic est arrivé plus tard. « En 2000, nous avions racheté en famille l’ancien moulin à droite de la gare d’Assesse. Nous avons tout démonté mais je n’ai rien voulu jeter, ou presque, tant il y avait dans ces silos, ces matériaux une source inépuisable d’idées. »

Puis, Christian reste attentif aux déménagements de ses amis, on ne sait jamais qu’il y ait matière à donner une seconde vie. Comme ce parasol, qu’il convoite chez un homonyme, ou ce paillasson coco tout rouillé dans lequel il a récupéré un treillis qui fait désormais une décoration qu’il aurait pu payer bien cher dans le commerce.  » J’occupe mes temps perdus… ». Artistiquement retrouvés!

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes