Clarisse Caplan ressuscite Joséphine Baker à Passy

CRITIQUE – L’artiste danse, déambule, gesticule, sautille et chante comme la meneuse de revue disparue en 1975, désormais au Panthéon.

Ancien cinéma, le «Passy», situé dans le 16e arrondissement, renaît de ses cendres pour rouvrir avec une salle Art déco de 200 places. Une certaine Joséphine B. inaugure le lieu flambant neuf. C’est une tornade qui déboule sur le plateau. Un écrin idéal, où la comédienne Clarisse Caplan se fond d’emblée dans la peau de Joséphine Baker. Fine brindille, l’artiste danse, déambule, gesticule, sautille et chante comme la meneuse de revue disparue en avril 1975.

Stoppé en plein vol à cause de la pandémie, ce spectacle que l’on avait découvert à la Scène Parisienne (9e), près des Folies bergères, où s’est produite autrefois «Tumpie», devrait connaître de beaux jours avec son entrée au Panthéon le 30 novembre. Il a été élaboré par Xavier Durringer, qui voue à Joséphine Baker une admiration sans bornes, comme en témoignent son texte écrit pour Clarisse Caplan et sa mise en scène endiablée, au plus près de son héroïne.

Inspiré par son interprète, le réalisateur de La Conquête a relevé le défi de montrer

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes