Claude Perraudin, le père nourricier

PORTRAIT – Son restaurant, le père Claude, qui, depuis sa création a reçu nombre de personnalités du spectacle, du sport et de la politique, Chirac en tête, ferme ses portes à la fin du mois. La fin d’une époque.

Dans douze jours, le 31 octobre, Claude Perraudin, 69 ans, éteindra pour la dernière fois la plancha derrière laquelle il prépare ses fameux plats. Le Père Claude fermera définitivement ses portes. Cette institution du 7e arrondissement de Paris laissera orphelins les habitués qui avaient coutume de venir déjeuner ou dîner avenue de la Motte-Picquet depuis 1988.

Vendredi 15 octobre, ses amis sont tous venus pour un dernier repas amical. Parmi eux, Hugues Trévennec, l’ancien patron des événements internationaux chez Mumm, qui connaît Claude Perraudin depuis 1980 et l’a souvent emmené suivre les grands prix de Formule 1 à travers le monde. Claude Chirac est là également. Elle lui a offert un tablier de Corrèze floqué d’une photo de Jacques Chirac qu’il a immédiatement revêtu.

«Un homme d’une grande générosité»

Quand il ouvre son établissement, Claude Perraudin est loin de s’imaginer qu’il va devenir l’adresse préférée des politiques, journalistes, personnalités du spectacle et du sport. Les premiers à faire du restaurant leur

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes