Dans les rues de Cologne, le chant du muezzin sème le trouble

REPORTAGE – La mairie a autorisé les mosquées de la ville à lancer l’appel à la prière le vendredi, une initiative qui divise.

Envoyé spécial à Cologne

C’est le son lointain et familier des cloches qu’on surprend en se promenant dans le paisible quartier d’Ehrenfeld, probablement celles de l’église baptiste de la Stuppstrasse, toute proche. À ce tintement métallique et rituel, pourrait bientôt se superposer, chaque vendredi, entre midi et 15 heures, l’appel du muezzin à la prière, diffusé par la Mosquée centrale établie à deux pas.

Le même régime est censé s’appliquer à la quinzaine de mosquées que compte la cité rhénane. Ainsi en a décidé Henriette Reker, la maire sans étiquette de la quatrième ville d’Allemagne, au motif que dans une ville aussi diverse que Cologne, les signaux de reconnaissance des deux religions du Livre, chrétienne et musulmane, s’équivaudraient. «Je suis heureuse que nous prenions en compte les intérêts religieux justifiés des nombreux musulmans de notre ville cosmopolite, et que nous nous engagions en faveur de la liberté confessionnelle protégée par la Constitution», a déclaré l’édile le

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes