Déçus par la révolution, les Tunisiens quittent leur pays

TÉMOIGNAGES – Depuis des années, la Tunisie subit une hémorragie de sa jeunesse. Une enquête nationale sur les migrations, publiée le 8 décembre, indique qu’un Tunisien sur cinq veut quitter le pays.

Tunis

Emna (les prénoms ont été modifiés) est retournée en France car elle ne «peut pas vivre dans un pays autoritaire» ; Anis prépare son départ pour Abidjan, après une «accumulation de déceptions» ; Abdelazziz passe ses journées au café, rêvant de traverser la Méditerranée… Depuis des années, la Tunisie voit ses enfants quitter le pays. Un mouvement, touchant toutes les catégories sociales, qui s’accélérerait, selon les principaux concernés, depuis la prise des pleins pouvoirs par le président Kais Saied.

Rentrée en 2016 au pays après ses études et quelques années de travail en France, Emna, 30 ans, a refait ses valises en septembre. À Tunis, la jeune femme avait lancé un média engagé. «Tout le projet se basait sur une ouverture de la société sur des questions comme les violences faites aux femmes, l’homosexualité… Il était de plus en plus difficile de trouver des gens qui acceptaient de signer des articles pour nous», explique-t-elle. Pour cette fille d’ancien opposant à l’autocrate Ben…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes