des élections locales à portée nationale

REPORTAGE – Pour la première fois depuis quatre ans, l’opposition participait dimanche au scrutin chargé de désigner maires et gouverneurs.

Envoyé spécial à Caracas

Alfredo a longtemps hésité à se rendre dans son bureau de vote de Chacao, un quartier aisé de Caracas, pour les élections municipales et régionales. 3000 postes sont à pourvoir dans le pays, dont 23 gouverneurs et 320 maires. «La dernière fois que j’ai voté c’était en 2015, explique-t-il. L’opposition avait remporté une large victoire au Parlement en gagnant deux tiers des sièges. Mais ensuite le gouvernement a retiré tout pouvoir au Parlement.» L’opposition antichaviste a appelé à l’abstention lors des 4 élections suivantes: constituante et régionales en 2017, présidentielle en 2018, parlementaires en 2020.

La MUD (coalition des partis d’opposition) estimait que les conditions n’étaient pas réunies pour un scrutin juste et honnête: le Conseil national électoral était constitué uniquement de recteurs chavistes, de nombreux partis et des politiques avaient perdu leur habilitation, et les chavistes disposaient des ressources de l’État. Résultat: un «triomphe» des chavistes

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes