En ex-RDA, l’afflux de migrants rouvre la fracture

REPORTAGE – Avec la montée des tensions humanitaires à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, l’unité du peuple allemand se lézarde.

Bordé d’épiceries et de buralistes, le pont de Francfort qui enjambe l’Oder et relie d’un trait sa ville jumelle polonaise de Slubice s’illumine de bleu et de vert à la nuit tombée. Financé par l’Union européenne, ce pompeux jeu de lumières a été inauguré le 2 novembre. Alors que sept cents kilomètres plus à l’est, des réfugiés tentent de forcer les barbelés pour rejoindre l’UE, l’onde de choc se répercute dans la cité allemande de 57 000 habitants.

«Fermons le paradis de l’asile allemand», ont scandé, le week-end dernier, une cinquantaine de militants de l’AfD. Les membres du parti d’extrême droite, très influent dans l’ex-RDA, ont tenté de rejoindre Slubice à pied. «Nous ne céderons pas un centimètre de notre belle terre», a lancé le député local Hannes Gnauck. En face, les attendaient 300 manifestants du mouvement Sans frontières, décidé à ne pas «laisser le pont aux fascistes». Un duel ritualisé.

«Bienvenue aux réfugiés», lit-on à la peinture verte sur les quais de l’Oder. Sur le pont,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes