en première ligne face à Pékin

PORTRAIT – Présidente de la République de Chine (nom officiel de Taïwan) depuis 2016, Tsai Ing-Wen est la bête noire de Xi Jinping. Cette avocate de 65 ans s’oppose à l’hégémonisme de Pékin, qui considère l’île-État comme une province à récupérer par tous les moyens.

Elle n’a pas la carrure d’Atlas, tant s’en faut, mais la présidente taïwanaise Tsai Ing-Wen semble actuellement porter le globe sur ses épaules. Tous les Cassandre et les Nostradamus géopolitiques le prédisent: si un troisième conflit mondial devait éclater, ce serait pour le contrôle de l’île-État, que Pékin considère comme une province rebelle à réintégrer dans l’empire du Milieu.

Xi Jinping l’a clairement annoncé dans un discours-programme de janvier 2019 en évoquant ce qu’il appelle la «réunification»: «C’est une nécessité pour la grande résurgence de la Chine dans la nouvelle ère.» Le leader chinois souhaiterait y parvenir «de manière pacifique», mais il se dit «prêt à utiliser tous les moyens nécessaires» pour atteindre son but. Ce qui sous-entend le recours éventuel à la force…

De l’autre côté du détroit de Formose, à seulement 160 kilomètres du Fujian, une femme a compris le message, mais n’entend pas se soumettre au chantage des frères ennemis. À la présidence de la République de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes