en Syrie, sur les traces des croisés

REPORTAGE – Éprouvée par dix années de guerre civile, la Syrie n’en finit pas de panser ses plaies. Une tragédie humaine qui a fait plus de 400.000 tués dans les combats. Un drame patrimonial aussi pour les vestiges d’un passé glorieux. Des ruines de Palmyre au Krak des chevaliers, l’écrivain Sylvain Tesson s’est rendu sur ces sites exceptionnels témoins d’une Histoire étroitement liée à celle de la Terre Sainte.

Partir, c’est vivre. Le Christ a lancé une sublime invitation : « Viens et suis-moi. » Matthieu y a ­ré­pondu sans rien demander. Il y a une poésie dans le mouvement, une gloire à ne pas se retourner. Même l’expression « On se lève, on se casse » claque noblement.

En 1095, le pape Urbain II lance à Clermont un appel à prendre la route. Vers où ? L’Orient. Pourquoi ? Pour secourir les chrétiens byzantins et délivrer les lieux de pèlerinage en Terre sainte. Le souverain pontife s’adresse à toute la chrétienté : paysans et chevaux, nobles et manants, marchands et soldats. Les enfants sont conviés.

En Orient, les chrétiens subissent les persécutions musulmanes depuis l’hégire. L’islam est une foi récente, arme de conquête servant à la conduite de l’individu et des masses. Les Fatimides tiennent Jérusalem depuis 970. En 1009, ils ravagent les constructions constantiniennes autour du Saint-Sépulcre. Les Turcs Seldjoukides surgissent à cheval au ­milieu du XIe siècle…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes