Erdogan veut s’imposer en médiateur du conflit

ANALYSE – Avant l’attaque russe, le président turc avait plusieurs fois proposé d’organiser des pourparlers entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky, en mettant à profit la situation géostratégique exceptionnelle de son pays et son pragmatisme qui lui vaut de maintenir des relations privilégiées avec les deux parties.

Correspondante à Istanbul

Une heure quarante de discussions sous les auspices de la Turquie. Inédite depuis le début de la guerre en Ukraine, la rencontre qui s’est tenue ce jeudi à Antalya n’a guère débouché sur le cessez-le-feu réclamé par Kiev. «Aucun progrès n’a été accompli en ce sens», a déploré Dmytro Kuleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, à l’issue de son entretien avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, dans cette station balnéaire turque bien connue des touristes russes en mal de soleil, au cours duquel les deux hommes se sont néanmoins engagés à «poursuivre leurs pourparlers dans ce format». Le blocage ne surprend personne. La veille, Dmytro Kuleba se disait lui-même peu optimiste, dans une vidéo sur Facebook, face à une Russie qui poursuit sans scrupule sa campagne de bombardements meurtriers. En amont de son déplacement sur la côte méditerranéenne, où les deux hommes se sont d’abord entretenus séparément avec le chef de la diplomatie turc, Mevlüt Cavusoglu…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes