Éric Nebot, baba d’histoires gourmandes

Ce producteur-réalisateur a une obsession: la pâtisserie. Son documentaire sur François Perret lui a inspiré un livre où le chef pâtissier du Ritz révèle plusieurs recettes.

Une de ses cantines parisiennes préférée est L’Atelier de Joël Robuchon, à Saint-Germain-des-Prés: Éric Nebot a du goût. Jamais ce discret à la voix feutrée n’emploiera un terme aussi familier, mais il est porté sur la gueule, le sucré surtout. De la cuisine de sa grand-mère, de ses plats qui réunissaient la famille, de son premier gâteau au yaourt, il se souvient encore. «Je suis un vrai gourmand», insiste-t-il, avant d’évoquer son autre marotte: filmer des histoires.

Bernard Winkelmann-Flammarion

Ses études en finance n’ont été qu’une aimable concession consentie à ses parents pour les rassurer. Car, rapidement, ce petit-fils de producteur est passé des comptes aux contes en créant une start-up spécialisée dans l’édition numérique, puis en concrétisant son rêve dans le cinéma. «J’étais prêt à tout, à servir le café, ne pas être payé, dit-il. Me retrouver sur le tournage de L’Esquive d’Abdellatif Kechiche a été une chance folle.» Naîtra de cette expérience l’écriture du synopsis deLa Désintégration, tourné par Philippe

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 58% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes