Exclusif – Yannick Alléno : «Espérons que la mort d’Antoine encouragera plus de sévérité envers ces délinquants qui renferment détruit ma exaltation»

Facebook

Email

Whatsapp

Twitter

Par
Emilie Blachère
et
Caroline Mangez

20/05/2022 à 11:04, Mis à jour le 20/05/2022 à 11:20

Antoine Alléno suivait les traces de son père. Aujourd’hui, le chef étoilé pleure son fils adoré. 

«Si un jour j’avais pensé au pire des cauchemars, Ça n’aurait pas été celui-là…» Vendredi 13 mai 2022, dans la collégiale Notre-Dame de Poissy où Saint Louis fut baptisé, les mots de Yannick Alléno résonnent. Devant Brigitte Macron, première dame, Bruno Le Maire, excellence de l’Économie, et un parterre de chefs en tenue blanche comme on n’en avait pas vu depuis les funérailles de Bocuse, un père «inconsolable, enragé» – ses mots -, contemple le cercueil de son fils cadet. «Impossible, inacceptable», martèle-t-il. Au matin, quand Yannick Alléno a tenu à le fermer lui-même, selon un proche, il parlait à Antoine comme s’il était aussi là. À présent, il réalise: «L’horreur est arrivée…».`

Publicité

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes