Face à la Russie, la «fermeté» hésitante de l’Allemagne

Bousculée par la crise ukrainienne, la nouvelle coalition au pouvoir tente d’ajuster sa stratégie vis-à-vis du Kremlin.

L’Allemagne est prête à un «dialogue sérieux» sur la sécurité avec la Russie. Le message a été répété deux fois, mardi, au sein du gouvernement Scholz, d’abord par la ministre des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, en visite à Moscou, puis par le chancelier, qui recevait à Berlin le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.

Bousculée par la crise ukrainienne, la nouvelle coalition au pouvoir tente d’ajuster sa stratégie, vis-à-vis de Moscou, et de ses partenaires occidentaux qui attendent du chef de file de l’UE une ligne de conduite. Après une escale à Kiev, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, se rendra jeudi dans la capitale allemande pour des consultations avec ses homologues allemand, britannique et français, avant de rencontrer le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, vendredi à Genève.

Réalisme diplomatique

Placé bon gré mal gré en position de médiateur, le gouvernement allemand s’emploie à baisser la tension avec Moscou, tout en choisissant ses mots. «Ces dernières semaines…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes