« Fast and furious » pour un accrochage que la victime n’a peut-être même pas causé (Namur)

Face au conducteur en furie, la victime a pris la fuite en courant et s’est blessée gravement.

James Thew – stock.adobe.com

Selon le rapport d’expertise, la victime souffre d’une anxiété exacerbée lorsqu’il doit prendre le volant. Et ce, plus d’un an après les faits.

Les faits remontent à la nuit du 8 au 9 octobre 2020, à Andenne. Parce qu’un automobiliste aurait accroché l’avant de son véhicule, le prévenu (représenté par son avocat) s’est livré à un véritable rodéo, prenant à plusieurs reprises des ronds-points à contresens afin de provoquer un frontal. Essayant de lui échapper, l’automobiliste a pris une route secondaire. C’est là que son poursuivant l’a retrouvé. S’en suivent une altercation et, pour la victime, une chute qui lui occasionne des fractures, dont une rotule cassée.

Déjà évoqué en février dernier, le dossier est revenu devant la présidente Marie-Cécile Matagne. Un rapport d’expertise avait en effet été sollicité pour déterminer la requalification des préventions en coups et blessures volontaires entraînant une incapacité de plus de 4 mois. Outre les séquelles d’ordre psychologiques dont souffre la victime, l’expert reconnaît qu’il y aurait une relation causale entre les coups et les dommages subis.

Du côté de la partie civile, défendue par Me Tasseroul, il n’y a jamais eu d’accrochage entre la victime et le véhicule du prévenu. Un client qui, cette nuit-là, a vu sa vie basculer. Il voit ce conducteur « en furie ». Il ne comprend pas ce qu’on lui veut. Une fois retrouvé, il se voit ceinturé si fort que l’agresseur présumé se luxe l’épaule. La victime pense qu’il a une arme blanche. C’est pour cela qu’il neutralise l’agresseur en lui maintenant les mains avant de se dégager.

Trois ans avec sursis

C’est en courant dans l’obscurité qu’il se blesse gravement. Il continue malgré tout sa fuite et trouve refuge chez un habitant. Depuis, le malheureux a changé. Éducateur spécialisé, il a dû interrompre des études à l’université qu’il suivait dans le but de décrocher un poste supérieur.

Même son de cloche du côté du Ministère public. Celui-ci requalifie en coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de plus de 4 mois. Le Parquet requiert contre le prévenu 3 ans de prison assorti d’un sursis probatoire et 3 mois pour les 5 joints retrouvés dans son véhicule.

La défense pour sa part, estime qu’il y a eu un élément déclencheur qui a provoqué la colère de son client. Élément qui se trouverait dans les 5 minutes qui n’ont pas été saisies par des caméras de surveillance ou le téléphone de la victime qui filmait la scène. En aucun cas, son client n’a menacé (même verbalement) la victime. Toujours selon l’avocat, son client ne pouvait pas prévoir que la victime tomberait dans un trou avec les conséquences que l’on connaît. C’était l’obscurité totale.

Ensuite, l’agresseur est revenu vers son véhicule et a attendu la police. Il demande l’acquittement pour violence légère et non coups et blessures volontaires. Ce qui n’est pas un délit mais une contravention. Quant au civil, la défense demande un partage des responsabilités.

Jugement le 21 janvier.

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes