Grand calcaire, le Chablis des cousins

Nous sommes au début des années 1970. Pompidou est à l’Élysée. Laurent Delaunay et Dominique Gruhier (photo), deux bambins pas plus hauts qu’un cep de vigne, s’amusent dans les caves de la propriété familiale, autour du château de Charmont, dans la région des hautes-côtes-de-nuits (Côte-d’Or). Ils sont cousins. Dans un demi-siècle, en 2021, ils lanceront Grand-Calcaire, un chablis 2019 et un Premier cru Fourchaume. Pour l’instant, ils ne sont qu’insouciance. La propriété viticole est un terrain de jeu aux possibilités infinies.

» A LIRE AUSSI : Aubert de Villaine, Domaine de la Romanée-Conti : «J’espère avoir réussi à faire vivre cet héritage»

Moderne mais pas rebelle

Un jour, dans la cave, Laurent a une brillante idée. Sous le regard approbateur de Dominique, il saisit un verre, une pipette, et grimpe avec son cousin sur l’un des fûts. «J’avais l’intention de faire une petite dégustation», se remémore-t-il. Patatras. Il glisse, et casse tout son attirail. Le bruit alerte bien sûr toute la maisonnée. «Mon père m’a mis une sacrée fessée, mais Dominique y a échappé», s’amuse-t-il.

Des décennies s’écoulent. Laurent Delaunay est devenu un important producteur et négociant dans le Languedoc (Les Jamelles) avant de reprendre la propriété familiale bourguignonne. Son cousin Dominique Gruhier, lui, s’est converti en vigneron dans le chablisien, pionnier de la biodynamie. Ils sont restés très liés, en particulier par l’amour en commun de ce chardonnay. «Chaque fois qu’on goûte une bonne bouteille de chablis, on se téléphone. Quand on se voit, on partage nos découvertes», raconte Laurent. Forcément, ils ont fini par travailler ensemble. Leur interprétation de ce monument bourguignon est moderne, mais pas rebelle. Libre, mais inscrite dans la tradition. La robe du chablis 2019 est déjà bien dorée, les arômes gourmands (fruits confits) laissent place à une minéralité équilibrée. Le Premier cru Fourchaume, lui, est printanier. Il a un nez frais et fleuri, déjà complexe. En bouche sa salinité assumée laisse place à une mielleuse finale. Un beau travail de précision. L’an prochain, un Grand cru Les Preuses viendra compléter la gamme. Dominique chapeaute tout ce qui concerne la vigne. Laurent gère le marketing, la distribution, la commercialisation… Dans la cave, pour l’élevage de ces vins, comme à l’époque où ils faisaient les 400 coups chez leur grand-père, c’est un travail d’équipe.

Chablis 2019 (17,90 €).
Chablis Premier cru Fourchaume 2019 (32,90 €).

La rédaction vous conseille :
» Vins de Bourgogne : comment bien comprendre la classification des crus bourguignons ?
» Bourgogne : Et le Château de Santenay devint le Domaine du Château Philippe Le Hardi
» Vins de Bourgogne : Joseph Drouhin, le Clos des Mouches 2017

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes