Herlinde Koelbl, portraitiste complice et témoin privilégié d’une métamorphose

PORTRAIT – Cette photographe allemande a suivi la chancelière allemande depuis ses premiers pas comme jeune ministre dans les années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

De notre correspondant à Berlin

Vingt-quatre années durant, une fois l’an, munie de ses deux objectifs, Herlinde Koelbl a patiemment photographié Angela Merkel, de 1991, après sa nomination au ministère de la Jeunesse du gouvernement Kohl, jusqu’en 2021, où la chancelière quitte le pouvoir, à 67 ans.

La portraitiste, âgée de 82 ans, a choisi à l’époque son modèle, pressentant qu’un jour la timide mais déterminée Angela pourrait devenir Mutti, la maman préférée des Allemands. Et avec l’ambition artistique de discerner la trace que laisse, sur les corps, l’exercice du pouvoir. De 1991 à 1998, Herlinde Koelbl s’est livrée au même exercice avec son prédécesseur, Gerhard Schröder, un projet éditorial interrompu cette année-là. En 2006, elle a renouvelé l’expérience avec Angela Merkel, élue à la tête du pays. «Je voulais découvrir comment la fonction a changé cette femme», résume Herlinde Koelbl au Figaro.

Le travail de la photographe, qu’on égrène comme les feuilles d’un calendrier, nonobstant

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes