Humoriste, un métier à risque dans la Russie de Vladimir Poutine

ENQUÊTE – Des poursuites judiciaires ont été engagées récemment contre plusieurs professionnels du rire, dont la liberté de parole s’est progressivement restreinte avec le virage conservateur imposé par le président russe.

Correspondant à Moscou

Le rire, ce sport de masse pratiqué envers et contre tout au pays du grand Nicolas Gogol, est redevenu une activité à risque en Russie. L’équipe de la série à succès Vitaly Nalivkin, diffusée sur YouTube, en a fait récemment l’éprouvante expérience. Le 4 novembre, la police antiémeute fait irruption chez l’auteur, le producteur, Andreï Neretin (Vitaly Nalivkin) et le cameraman de la série, à Oussourisk, dans l’Extrême-Orient russe, plaque tout le monde au sol et saisit les ordinateurs et les téléphones. On leur signifie l’ouverture d’une enquête criminelle. En cause, une scène, diffusée début septembre, dont le protagoniste est le héros de la série, le député Nalivkin, «président du comité exécutif du district d’Oussourisk», personnage fictif, grotesque et velléitaire qui combat la corruption, le crime et toutes les plaies sociales de la Russie.

On voit ainsi l’élu accompagnant la police à un arrêt de bus où a été découvert un colis suspect. Prenant les choses en main,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes