Iekaterinbourg, la ville de Boris Eltsine, n’a pas oublié son héros

REPORTAGE – L’ex-président est associé à travers la Russie au souvenir amer des humiliations de la fin de l’URSS. Dans son fief, il reste celui qui permit l’accouchement d’un nouveau pays.

Envoyé spécial à Iekaterinbourg

Il a son avenue, sa statue, son centre musée, son université… Trente ans après la chute de l’URSS dont il fut, avec son grand rival Mikhaïl Gorbatchev, un acteur central, Boris Eltsine reste une figure héroïque d’Iekaterinbourg. Le premier président de la Fédération de Russie, de 1991 à 1999, est né en 1931 dans un village à quelque deux cents kilomètres de la grande cité industrielle de l’Oural qui s’appelait alors Sverdlovsk. Il y a fait une bonne partie de sa carrière d’apparatchik, jusqu’à la tête de la section régionale du parti communiste. En Russie, l’homme laisse le souvenir amer, voire calamiteux, d’une décennie marquée par les réformes économiques à marche forcée qui ont précipité la population dans la pauvreté et l’humiliation.

Mais à Iekaterinbourg, Boris Eltsine reste avant tout l’homme courageux qui a bravé la loi d’airain du Parti et permis l’accouchement d’un nouveau pays. Son discours résonne jusqu’à aujourd’hui dans «sa» ville, qui conserve…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes