«J’ai traversé la Russie pour enterrer ma chère Tetiana et mes enfants. Aujourd’hui, je me bats pour les venger»

VU D’AILLEURS – Pour retourner à Irpin et enterrer sa femme et leurs deux enfants, Serhiy Perebynis n’a eu d’autre choix que de traverser le pays qui leur avait valu la mort. Il a baissé les yeux à la frontière, face aux gardes russes qui lui posaient des questions, mais ne le croyaient pas.«Ils sont restés impassibles, j’étais quelconque à leurs yeux. Pire encore, j’étais un Ukrainien en Russie.»

Par Fabio Tonacci (La Repubblica)

Serhiy, un programmateur de 43 ans, est assis, une tasse de thé devant lui. Son angoisse transparaît au travers de ses mains, qu’il frotte comme s’il se les lavait sous un robinet imaginaire. C’est la première fois qu’il raconte son voyage pour le moins hallucinant de Donetsk à Irpin, en passant par Moscou. Quatre jours sans dormir, le cœur brisé, dans un pays hostile. Le 6 mars, à l’heure du déjeuner, il a appris sur Twitter que Tetiana (43 ans), Mykyta (18) et Alisa (9) étaient décédés.

LA REPUBBLICA. – Où étiez-vous à ce moment-là ?

Serhiy PEREBYNIS. – Je fumais une cigarette sur le balcon de l’appartement de ma mère à Donetsk, je regardais les bombes qui tombaient sur la ville. Je lui avais apporté un respirateur, car elle avait le Covid. Avec Tetiana, nous avions étudié attentivement le plan d’évacuation d’Irpin et je suivais ses déplacements sur Google, grâce au partage de position. Le signal était mauvais, le T de Tetiana apparaissait et disparaissait…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes