Javier Milei, nouvelle sensation de la politique argentine

PORTRAIT – À deux semaines des législatives, le parti de cet ultralibéral antisystème aux airs de rocker s’est imposé comme troisième force politique.

À Buenos Aires

Une multitude de drapeaux jaunes frappés d’un serpent à sonnette flottent sur l’élégante place San-Martin, située au cœur de Buenos Aires. «C’est le Gadsden Flag, l’un des symboles des libéraux», explique Jorge, 21 ans, en brandissant fièrement le sien. Comme lui, des dizaines de personnes sont venues assister à la classe d’économie en plein air donnée par Javier Milei, candidat au siège de député dans la ville de Buenos Aires. Telle une rock star, l’économiste de 51 ans monte sur l’estrade, les cheveux en bataille et vêtu de son habituel blouson en cuir noir. Au-dessus de lui, son slogan de campagne trône en lettres majuscules: «Je ne suis pas venu pour guider des agneaux mais pour réveiller des lions!» Sous les applaudissements de ses supporteurs, il entonne de sa voix rauque les paroles d’une chanson de rock argentin avant de scander son cri de ralliement: «Vive la liberté, bordel!»

Connu pour son style provocateur et son discours antisystème, le candidat ultralibéral a

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes