John Vinocur, le journaliste américain qui aimait la France

DISPARITION – L’ancien correspondant du New York Times à Paris est mort le 6 février, à 81 ans.

Paris a perdu son meilleur Américain et le quartier Saint-Germain, son plus fidèle New-Yorkais. John Vinocur aimait la France à tel point qu’il ne voulait plus la quitter, malgré ses défauts, qui l’exaspéraient. Journaliste dans l’âme, il a porté ce métier de passion à ses plus hauts sommets. Mais il était aussi tout cela: fin stratège, analyste redoutable, franc et cash, exigeant, sans concessions et ami fidèle. Il maniait la plume en la plantant dans les plaies mais toujours avec élégance, comme peu savent le faire. L’ancien grand journaliste du New York Times, ex-patron de l’International Herald Tribune, John Vinocur, est mort à Amsterdam le 6 février, à 81 ans.

Un maître de la description

À 10 heures du matin, il avait déjà lu l’intégralité de la presse américaine, française et allemande. Il pouvait s’interroger pendant une journée entière sur la signification d’une phrase ou d’un mot utilisé par la chancelière allemande ou le ministre des Affaires étrangères français. John Vinocur n’aimait rien de plus que disséquer…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes