La Bosnie-Herzégovine déchirée par les tensions nationalistes

ENQUÊTE – Vingt-sept ans après la fin de la guerre, l’édifice institutionnel imposé par les accords de Dayton menace de se disloquer. Tandis que les nationalistes serbes et croates s’affichent de plus en plus ouvertement tentés par la sécession, leurs homologues bosniaques n’excluent pas un retour des armes.

Envoyée spéciale à Sarajevo, Banja Luka, Tuzla et Jajce

«La guerre? Je refuse d’y croire. Cela dit, je n’imaginais pas le conflit qui allait se produire en 1992. Je jouais au tennis un vendredi et, le dimanche, j’étais dans les tranchées», témoigne Aleksandar Trifunovic, rédacteur en chef du site indépendant Buka à Banja Luka, chef-lieu de la Republika Srpska (RS), qui avait 20 ans à l’époque. La Bosnie-Herzégovine (BiH) est-elle sur le point d’éclater à nouveau, vingt-sept ans après la signature des accords de paix à Dayton?

La menace de sécession de la RS, «l’entité serbe» (l’autre entité étant la Fédération croato-bosniaque), provoque la plus profonde crise que la BiH ait connue depuis la fin de la guerre. À l’initiative de son homme fort, Milorad Dodik, membre serbe de la présidence collégiale de l’État central de Bosnie, les représentants serbes ont quitté toutes les institutions communes du pays. L’Assemblée de la RS a, le 10 décembre dernier, donné au gouvernement de Banja Luka un…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes