La capitale éthiopienne sous la menace des Tigréens

RÉCIT – Un an après le début de la guerre qui les oppose au gouvernement d’Abiy Ahmed, leurs forces s’approchent d’Addis-Abeba.

La mécanique du conflit qui déchire l’Éthiopie depuis un an tout juste semble une nouvelle fois s’emballer. Moins d’un mois après avoir annoncé un «assaut final» contre la région septentrionale insoumise du Tigré, voici que le gouvernement central se retrouve sur la défensive. À en croire des témoignages concordants, il a perdu ces derniers jours le contrôle de deux localités stratégiques situées
400 kilomètres au nord de la capitale. Une source gouvernementale éthiopienne, confiante, assure que la messe n’est pas dite et que des combats y opposent encore l’armée fédérale aux Forces de défense du Tigré (FDT). Mais, tandis que l’état d’urgence a été décrété mardi dans l’ensemble du pays, la municipalité d’Addis-Abeba donnait instruction à ses administrés de se préparer à défendre leurs quartiers…

La prise de Dessie et de Kombolcha, revendiquée ce week-end par les FDT mais difficile à confirmer en l’absence d’observateurs indépendants sur les lieux, constituerait un tournant dans cette guerre

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes