La diplomatie au chevet de l’accord sur le nucléaire iranien

DÉCRYPTAGE – Les négociations, interrompues depuis cinq mois, reprennent ce lundi à Vienne. Entre-temps, l’Iran s’est approché à grands pas du «seuil» d’accès à la bombe.

L’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) de 2015 est tombé dans un coma profond. La question est encore taboue, mais il devient difficile de l’esquiver: à quel moment faudra-t-il entériner sa mort officielle? Après cinq mois de silence et d’immobilisme, les négociations, interrompues par l’Iran le 20 juin dans la foulée de l’élection du président ultraconservateur Ebrahim Raissi, doivent reprendre à Vienne le 29 novembre. Avec un seul objectif: obtenir un retour de Téhéran dans le JCPOA. Depuis le retrait des États-Unis en 2018, les Iraniens ont multiplié les violations. Pourquoi reviennent-ils aujourd’hui dans la capitale autrichienne? «Ils disent vouloir un accord. Il est difficile de juger les intentions. Le seul moyen de lever les doutes et de tester leur sincérité, c’est de se mettre à table et de négocier», explique une source proche du dossier.

Mais la diplomatie européenne n’a-t-elle pas déjà perdu cette guerre qu’elle mène de manière acharnée depuis le début des années 2000, surtout

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes