la France demande «des garanties» à Israël

Selon le site Axios, l’État hébreu a dépêché à l’Élysée son conseiller à la sécurité nationale pour trouver une issue à la crise.

À bas bruit, l’affaire Pegasus fait encore des vagues entre Paris et Tel-Aviv. Selon les informations publiées sur le site Axios par un journaliste israélien généralement bien informé, le conseiller à la sécurité nationale de l’État hébreu, Eyal Hulata, est discrètement venu à Paris rencontrer l’entourage d’Emmanuel Macron pour «mettre un terme à la crise». Celle-ci est née de l’utilisation, par le Maroc, du logiciel espion de la société israélienne NSO pour écouter les téléphones portables du chef de l’État, d’une quinzaine de ministres, ainsi que de journalistes. Eyal Hulata, selon la même source, était porteur d’une proposition israélienne «incluant un engagement à interdire l’espionnage de portables français en cas de signature de nouveaux contrats entre une société israélienne (type NSO, NDLR) et un pays tiers».

Sollicité par Le Figaro, l’Élysée répond qu’«il y a eu une session utile du dialogue stratégique avec Eyal Hulata. La France demande des garanties dans l’affaire NSO et nous

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes