La junte malienne veut négocier avec les djihadistes

DÉCRYPTAGE – Le Haut Conseil islamique du Mali a été mandaté pour ouvrir des discussions avec les djihadistes, dont Iyad Ag Ghaly, chef du GSIM.

Le gouvernement malien a officialisé ces derniers jours sa volonté d’ouvrir un dialogue avec les djihadistes. Il sera confié au ministère des Affaires religieuses qui a ensuite chargé le Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) de sa réalisation «sur le terrain».

En elle-même, la nouvelle n’en est pas vraiment une: tant la volonté de négociations que leur réalité étaient un secret extrêmement mal gardé. En 2017, la conférence d’entente nationale, réunie par le président d’alors, Ibrahim Boubacar Keïta, avait débouché sur une demande de discussion avec Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, les deux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), un mouvement lié à al-Qaida. Deux ans plus tard, une autre réunion, la Concertation nationale, avait conclu avec la même demande, signe de lassitude après huit ans d’un conflit qui n’en finit pas. «On peut parier que les Assises nationales de la refondation que convoquent les militaires au pouvoir en novembre appelleront aussi au dialogue», explique

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes