«La polarisation entre les États-Unis et la Chine risque de s’accroître»

ENTRETIEN – Alors que Washington, suivi par Canberra et Londres, a annoncé le boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver, le chercheur Philippe Le Corre analyse les ressorts et les conséquences possibles de cette décision.

Philippe Le Corre est chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Il est spécialiste de la Chine et des relations sino-américaines.

Par la voix de la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, les États-Unis ont annoncé lundi 6 novembre un boycott diplomatique des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Pékin, en raison du «génocide en cours au Xinjiang». Si les sportifs américains sont autorisés à y participer, aucun représentant du gouvernement n’y assistera. Dans la foulée, l’Australie puis le Royaume-Uni ont indiqué s’aligner sur cette position. De son côté, la Chine a rétorqué en dénonçant le «préjugé idéologique» et «les intentions malveillantes» des États-Unis. Mais, au-delà de la guerre des mots, de réelles conséquences pourraient entrer en jeu.

Le Figaro .- Le gouvernement américain a annoncé le boycott diplomatique des JO d’hiver de Pékin. Quelle est la portée de ce geste ? N’est-il pas principalement symbolique ?

Philippe Le Corre.- Ce n’est pas vraiment une surprise. Joe Biden l’avait sous-entendu auparavant. Les relations entre la Chine et les États-Unis sont exécrables aujourd’hui et cet événement ne fait qu’accentuer cette ambiance glaciale. D’un côté, la porte-parole

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes