La Pologne ne lâche pas prise dans son bras de fer avec l’Europe

Bruxelles menace Varsovie de sanctions pour la faire rentrer dans le rang, après sa remise en cause de la primauté du droit de l’UE.

Jusqu’où ira le bras de fer avec le gouvernement polonais? Les noms d’oiseaux ont volé mardi matin, à Strasbourg entre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki. La première a comparé le pouvoir de Varsovie à un régime «autocrate». Le second a dénoncé les «chantages» exercés sur son pays.

L’un et l’autre participaient à un débat sur la remise en cause, par le Tribunal constitutionnel polonais, de la primauté du droit de l’UE. Cette décision ouvre, de fait, une brèche dans les fondements de l’UE et permettrait aussi à Varsovie de continuer à détricoter l’indépendance de la justice dans le pays sans que la justice européenne ne puisse y mettre son nez. «Nous ne pouvons pas permettre – et nous ne permettrons pas – que nos valeurs communes soient mises en danger. La Commission va agir. Et toutes les options sont connues», a mis en garde «VDL».

L’Europe en est là

La présidente a ensuite énuméré les outils auxquels l’UE pourrait recourir pour

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes