la première cuvée d’Ostiane Dürrbach, ou la quintessence des vins de Provence

Ce qui n’était autrefois qu’un pauvre lopin de garrigue est devenu en une cinquantaine d’années la quintessence des Baux-de-Provence. Le 12 novembre 2021 disparaissait son créateur, le regretté Éloi Dürrbach, vigneron visionnaire qui aurait dû prendre sa retraite en janvier dernier. Ce sont aujourd’hui ses enfants, Antoine et Ostiane, qui assurent la relève. Voilà maintenant treize ans que cette dernière est rentrée dans le rang. Il lui aura fallu passer plusieurs années à observer un père connu pour être un homme de peu de mots, «qui a pourtant réussi à nous transmettre un savoir sans même que l’on s’en rende compte», affirme-t-elle avec émotion.

» À LIRE AUSSI : Ostiane Dürrbach, la relève du domaine Trevallon, légende des Baux-de-Provence : «Trevallon est un vin bu par les vignerons»

Lorsque Ostiane n’est pas au bureau, c’est au chai et dans les parcelles qu’elle aime passer de longues heures, creusant le sillon paternel tout en admettant s’autoriser quelques pas de côté, et mener une réflexion sur l’avenir d’un vignoble toujours plus fragilisé par les aléas du climat. Moins de bois neuf, un rééquilibrage vers un plus frais cabernet au détriment de la torride syrah, et quelques pieds de cinsault, pour garder les jus aussi vivants que désaltérants. Derrière chaque phrase prononcée par la jeune femme, on ressent cette volonté d’être à la hauteur d’un lourd héritage, dans un monde très différent de celui qui l’a vu naître. «Ce qu’a créé notre père dans les années 1970, parti de rien sur des terres rocailleuses, sans aucune chimie, était très courageux, mais c’était aussi une époque où l’on pouvait faire des choses sans beaucoup de moyens».

Une tension exquise

En cave, des vins d’une garde exceptionnelle, tôt reconnus par chefs et critiques, mais surtout bus avec délectation par les plus grands vignerons. Cette année sortira le millésime 2019, marqué par l’alliance étonnante d’un hiver sanglotant et d’un été balayé par le vent. Au nez comme en bouche, la tension exquise d’un fruit sur le point d’éclater, et une fraîcheur puisée à bout de racines, dans ces roches souterraines et diaphanes n’ayant jamais reçu la caresse du moindre rayon de soleil. 

Domainedetrevallon.com

La rédaction vous conseille : 
»  Le monde du vin s’apprête à rendre hommage à Eloi Dürrbach
» Vins de Provence : l’ambition audacieuse d’un vignoble 100% bio et HVE avant 2030
» Vin et innovation : en Provence, l’appellation en route vers un vignoble plus bio

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes