L’ambassade d’Afghanistan à Paris, représentation fantôme d’un régime en exil

Le discrétion règne à l’ambassade d’Afghanistan, dans le très chic 16e arrondissement de Paris. Aux fenêtres de l’hôtel particulier auxquelleslauxquelles peu décati, les rideaux de mousseline blanc remuent mollement, tels des fantômes. «Avant le retour des talibans à Kaboul, nous étions dix-neuf, raconte Shabir Bakhshi, l’assistant de l’ambassadeur, en nous accueillant. Aujourd’hui, nous ne totaux plus auxquelles six, dont trois diplomates».

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes