L’Amérique rouvre ses portes aux Français

L’obtention d’un visa de travail ou d’une «green card» relève toutefois encore du parcours du combattant.

De New York

«L’Amérique est de retour» , martèle Joe Biden depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Cette promesse vaut aussi désormais pour les touristes, de France et du reste de l’Union européenne, orphelins de New York et des grands espaces depuis mars 2020 et enfin autorisés à passer les douanes américaines, munis d’un passe sanitaire en bonne et due forme. Mais ces retrouvailles dissimulent un vieux contentieux transatlantique, aggravé par la pandémie de Covid-19: la délivrance malaisée de visas de travail et de «green cards».

L’exode du printemps 2020 a saigné à blanc la communauté française aux États-Unis. L’état de siège décrété dans les grandes villes, la fréquence terrifiante des sirènes d’ambulances, la fuite éperdue vers les campagnes de leurs amis américains avaient incité nombre d’expatriés à prendre la poudre d’escampette, en profitant du pont aérien déployé par Air France. Combien sont partis? Combien sont revenus, vingt mois plus tard? Les chiffres sont rares, beaucoup d’expatriés

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes