«L’armée birmane doit être démantelée»

ENTRETIEN – À tout juste 30 ans, la militante pro-démocratie raconte dans Mon combat contre la junte birmane, écrit avec le journaliste français Guillaume Pajot (Ed. Robert-Laffont), son parcours qui met désormais sa vie en péril.

LE FIGARO. – Pourquoi publier un livre sur le coup d’État en Birmanie?

Thinzar SHUNLEI YI. – Au matin du 1er février, lorsque j’ai appris le putsch, je me suis tout de suite demandé comment les militaires pouvaient être stupides à ce point. Ils avaient déjà tout pour eux: une Constitution leur garantissant un quart des sièges au Parlement et les principaux ministères. Ils n’avaient rien à gagner avec ce coup d’État. Pourtant c’est arrivé et aujourd’hui le peuple en souffre. Ce livre est publié dix mois après le coup de force. Alors que beaucoup de médias étrangers s’intéressent désormais à d’autres sujets, j’espère qu’il permettra d’attirer à nouveau l’attention de la communauté internationale sur ce qu’il se passe en ce moment en Birmanie.

Comment luttez-vous contre la junte, vous qui avez refusé le recours à la lutte armée et êtes en fuite dans un lieu secret de la jungle birmane?

En Birmanie, on assiste désormais à une révolution totale, organisée sur trois axes majeurs: la résistance armée,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes