L’armée russe s’approche de Kiev, Macron parle à Poutine… le point sur la guerre en Ukraine

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions : le point sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Poutine et Macron se sont parlé

Vladimir Poutine a assuré à Emmanuel Macron qu’il n’était « pas dans son intention » d’attaquer les centrales nucléaires ukrainiennes, dont celle de Tchernobyl, a affirmé dimanche la présidence française, à l’issue d’un entretien téléphonique entre les présidents russe et français. « Le président Poutine a dit qu’il n’était pas dans son intention de procéder à des attaques de ces centrales. Il a dit aussi qu’il était prêt à respecter les normes de l’AIEA pour la protection des centrales », a dit la présidence à la presse, après le bombardement le 4 mars de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, la plus grande d’Europe.

Vladimir Poutine a affirmé dimanche à Emmanuel Macron qu’il « atteindrait ses objectifs » en Ukraine, « soit par la négociation, soit par la guerre », a indiqué l’Elysée, à l’issue d’un entretien téléphonique d’1H45. Emmanuel Macron l’a trouvé « très déterminé à atteindre ses objectifs », dont « ce que le président russe appelle la +dénazification+ et la neutralisation de l’Ukraine » ainsi que la reconnaissance de l’indépendance de la Crimée et du Donbass, exigences qui sont, selon Paris, « inacceptables pour les Ukrainiens ».

A lire :Macron téléphone à Poutine durant 1h45, ce qu’ils se sont dit

Vladimir Poutine a aussi « nié que son armée prenne des civils pour cibles », lors de la conversation avec Emmanuel Macron qui lui demandait de ne pas mettre en danger les civils, conformément au droit international. Le président russe a aussi affirmé que « la responsabilité revenait aux Ukrainiens de laisser partir la population des villes encerclées », le président français lui répondant que « l’armée qui attaque est l’armée russe » et n’avoir « pas de raison de croire que les armées ukrainiennes mettait les civils en danger ».

Nouvel échec de l’évacuation de Marioupol

La deuxième tentative d’évacuation des habitants de Marioupol, port stratégique du sud-est de l’Ukraine encerclé par les forces russes et leurs alliés, a été « interrompue », a annoncé dimanche le CICR, au lendemain d’un premier échec à cause de la poursuite d’intenses bombardements. Le président russe Vladimir Poutine a accusé Kiev de mettre en échec ces opérations d’évacuation, dans un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron.

Au 11e jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, cette ville de 450.000 habitants est sous « blocus humanitaire » selon son maire Vadim Boïtchenko, qui évoque des « milliers de blessés » et affirme que « Marioupol n’existe plus ». Les habitants n’ont ni eau, ni nourriture, ni chauffage, ni électricité, selon Médecins sans frontières. La chute de Marioupol constituerait un tournant, permettant la jonction entre les troupes russes en provenance de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les autres ports clés de Berdiansk et de Kherson, et celles venues du Donbass.

Craintes pour Odessa

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé dimanche que les troupes russes se préparaient à bombarder Odessa, ville stratégique de près d’un million d’habitants et premier port d’Ukraine, situé sur les bords de la mer Noire. « Ce sera un crime militaire. Ce sera un crime historique », a déclaré M. Zelensky dans une adresse vidéo.

L’armée russe s’approche de Kiev

Les soldats russes se rapprochent également de Kiev. D’intenses combats ont lieu dans la périphérie de la capitale, selon l’administration régionale ukrainienne, notamment autour de la route menant vers Jytomyr (150 km à l’ouest de Kiev), ainsi qu’à Tcherniguiv (à 150 km au nord de la capitale). Le ministère russe de la Défense a affirmé avoir « éliminé » près d’une centaine d’avions, 778 chars et véhicules blindés, et détruit l’aéroport de Starokonstantinov, à mi-chemin entre Kiev et Lviv (ouest).

Dans le centre du pays, l’aéroport de Vinnytsia a été « complètement détruit » par des frappes russes, selon Volodymyr Zelensky.

Menaces de Poutine, manifestations en Russie

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé samedi que les sanctions imposées à son pays s’apparentaient « à une déclaration de guerre » et mis en garde contre une éventuelle perte par l’Ukraine de son « statut d’Etat » si les autorités ukrainiennes ne changeaient pas de politique.

Au moins 2.500 personnes manifestant contre l’invasion de l’Ukraine ont été arrêtées dimanche dans une cinquantaine de villes de Russie, portant à près de 11.000 le nombre de protestataires interpellés depuis le 24 février, a indiqué l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations.

A voir :En images, des milliers de personnes manifestent à Paris en soutien à l’Ukraine

Possibles « crimes de guerre » selon Blinken

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé dimanche « très crédibles » des informations faisant état de « crimes de guerre » commis par la Russie en Ukraine.

« Nous avons vu des informations très crédibles concernant des attaques délibérées sur des civils qui constitueraient un crime de guerre », a-t-il déclaré à la chaîne américaine CNN, assurant que les Etats-Unis « examinaient » ces informations.

Tentatives de médiation

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a lancé samedi une tentative médiation avec des visites à Moscou puis Berlin et un entretien téléphonique avec le président Zelensky. C’est « un devoir moral » même « s’il y a peu de chances de réussite », a-t-il dit dimanche. Le pape François a déploré dimanche « des fleuves de sang et de larmes » coulant en Ukraine après l’invasion russe et a demandé l’instauration de couloirs humanitaires.

A lire :Guerre en Ukraine : une médiation menée par le Premier ministre israélien

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a réclamé un « cessez-le-feu général urgent » en Ukraine, lors d’un entretien téléphonique avec le président russe.

Les USA étudient la fourniture d’avions de chasse par la Pologne à l’Ukraine

Les Etats-Unis « travaillent activement » à un accord avec la Pologne pour l’envoi d’avions de guerre de ce pays à l’Ukraine, a déclaré dimanche le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken lors d’une visite en Moldavie.

Réfugiés: la Moldavie demande plus d’aide aux Etats-Unis

La Moldavie, qui abrite actuellement 120.000 réfugiés fuyant l’Ukraine, a appelé les Etats-Unis à fournir davantage d’assistance humanitaire pour aider son pays à les accueillir.

Plus de 1,5 million de réfugiés ont fui l’Ukraine en dix jours, selon l’ONU, constituant la crise de réfugiés la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale.

Visa, Mastercard et Paypal suspendent leurs services en Russie

Les géants américains des cartes bancaires Visa et Mastercard vont suspendre leurs opérations en Russie. Leurs cartes émises par les banques russes ne fonctionneront plus à l’étranger, et les cartes étrangères ne seront plus valables en Russie.

Le système de paiements PayPal a également suspendu ses services.

Des banques russes ont annoncé dimanche travailler à l’émission de cartes bancaires du réseaux chinois UnionPay.

Les autorités russes multiplient les mesures tous azimuts pour freiner la fuite des capitaux et empêcher un mouvement de panique, si les banques venaient à manquer de liquidités.

La Russie craint l’essor d’un marché noir alimentaire

La Russie s’inquiète de l’apparition d’un réseau de revente de produits alimentaires de base, l’économie souffrant sous l’assaut des sanctions occidentales. Le gouvernement russe a indiqué samedi soutenir des mesures de rationnement adoptées par la grande distribution, sans donner pour l’heure de directives.

Toute reproduction interdite

Related Posts

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes